Vous êtes ici : » » Tout savoir sur les cotes paris sportif

Tout savoir sur les cotes paris sportif

Les cotes paris sportif sont, en théorie, censées représenter la probabilité la plus juste de réalisation d’un évènement. Dans la pratique, ce n’est pas tout à fait le cas avec les cotes affichées par les bookmakers. La « cote européenne » des paris sportifs. Egalement appelé « cote décimale » (ex: 2.5 ou 4), ce format de cote indique le gain lorsqu’il est multiplié par la mise. C’est le plus fréquent sur le marché français.

 

 

Gain = mise x cote | Profit = gain – mise

Si vous misez 10 euros sur un pari gagnant avec une cote de 4, votre gain sera de 10€ x 4 = 40 euros. Le profit sera donc de 40€ – 10€ = 30 euros.


 

Le dessous des cotes paris sportif : Comment calculer ?
  • La cote Européenne
  • Le taux de déboursement
  • Cote brute
  • probabilité réelle de résultat

Les cotes prennent en compte la marge bénéficiaire que chaque bookmaker prélève sur les mises, qui peut varier de 5% à plus de 10%, selon les sites de paris sportifs. Les différences de cotes constatées chez chaque bookmaker sont donc aussi bien fonction de leur propre évaluation des probabilités de résultats que du volume de leur marge bénéficiaire.

Outre le rapport de forces théorique qui fixe souvent les cotes de départ, l’évolution des cotes est aussi fonction des évènements d’avant-match (blessures, suspension, conditions climatiques, …), qui peuvent influer sur les chances de victoire de chacune des deux équipes.
Une formation diminuée par les blessures ou suspensions verra logiquement sa cote augmenter à mesure que se réduiront ses chances d’obtenir un résultat positif.
De la même façon, un outsider peut voir sa cote baisser du fait d’une météo difficile qui va détériorer la qualité du terrain de jeu et donc, niveler le rapport des forces en présence, le plus souvent à l’avantage de l’équipe présumée la plus faible.

Par ailleurs, dans le soucis de sécuriser sa marge bénéficiaire ou de limiter ses risques, un bookmaker peut tenter d’orienter les prises de pari vers tel ou tel résultat en agissant sur les cotes. Ainsi du cas où de trop nombreux parieurs miseraient sur la victoire d’une équipe A. Le bookmaker peut alors baisser la cote de cette équipe en espérant limiter les flux financiers sur cette issue et diminuer ses risques en cas de victoire de A.

Outre la probabilité de réussite d’un événement, le calcul des cotes peut donc aussi être fonction du volume des paris en cours. Comme des actions en Bourse, les cotes peuvent ainsi monter et descendre suivant la répartition des mises. Les gains étant fonction des cotes en vigueur au moment du pari, il est souvent avantageux de placer ses paris assez tôt, quand on juge que la probabilité de fluctuation ultérieure des cotes est élevée.

L’intérêt pour le parieur est donc de parvenir à éliminer ces paramètres extérieurs (marge, flux financiers des parieurs, événement d’avant-match,…) pour calculer les probabilités réelles de résultats et même les cotes brutes que le bookmaker se procure au départ.

Fournies par des sociétés spécialisées dans la modélisation de cotes (ex: Betradar), ces cotes brutes sont calculées par des experts en cotes sportives qui peuvent compter sur des outils statistiques très pointus. Mais sachant qu’une cote brute se calcule sur la seule probabilité de réalisation d’un résultat, on peut en déduire la formule suivante:

Cote brute = 1 / probabilité réelle

Ainsi, pour une équipe 1 dont on estime à 60% les chances de victoire, la cote brute sera de :

1 divisé par 0,6 = 1,67

 

 

Dès lors, il est intéressant de comparer cette cote avec celles affichées par les bookmakers pour voir si un pari a été sous-estimé ou surestimé

Si ces cotes sont supérieures à la nôtre, cela peut signifier que ce pronostic a été surévalué par le site de paris sportifs en ligne.
La probabilité que cette issue se réalise est donc plus grande qu’il n’y paraît. Parier sur cette issue peut être pertinent et rentable puisque le gain aussi serait surévalué.

A l’inverse, si les cotes affichées sont inférieures à la nôtre, il convient de se méfier car le risque nous semble plus grand que celui affiché par le bookmaker. On peut dès lors sécuriser sa mise en optant pour un pari « chance double » sur le favori ou jouer une plus petite mise sur l’outsider, puisque sa cote est plus haute. Dans les deux cas, il peut y avoir une erreur d’évaluation de la cote par le bookmaker dont il faut savoir profiter.

C’est ce que le parieurs appellent un « value bet ». Mais ce type de pari n’est viable que si nous-mêmes avons fait une bonne estimation des probabilités réelles de résultat.

De la même façon, on peut calculer les probabilités d’un résultat estimées par le bookmaker à partir des cotes affichées sur son site. En effet, une cote de 4 signifie que le bookmaker estime à 1 chance sur 4 la probabilité de réalisation de ce résultat, soit 25% de chances.

C’est ce que l’on retrouve en appliquant la formule ci-dessous :

Probabilité = 100 x (1/cote)

Soit dans notre exemple : 100 x (1/4) = 100 x 0,25 = 25

 

 

Exemple pour le football

Prenons un match de ligue 1 Paris – Marseille pour lequel un bookmaker afficherait les cotes suivantes :
Paris (2.1); Nul (2.85); Marseille ( 3.8)

Il s’agit maintenant d’analyser ces cotes pour la probabilité réelle de résultats et les cotes brutes que ce bookmaker a obtenues auprès des sociétés spécialisées. Pour ce faire, nous allons procéder en 3 étapes.

1/ Calcul du taux de déboursement

Pour calculer son taux de déboursement, c’est-à-dire la part des mises qui sera réservée aux parieurs gagnants, le bookmaker applique la formule de calcul suivante (Cote X étant le symbole d’un match nul) :

Taux de déboursement = 100 x 1/[(1/Cote1) + (1/Cote X) + (1/Cote2)]

Soit : 100 x (1/ [(1/2.1) + ( 1/2.85) + (1/3.8 )]) = 90,76% (arrondi)
Dans ce cas précis, le taux de déboursement du bookmaker est de 90,76%. Sa marge bénéficiaire sera donc de 9,24% pour l’ensemble des mises pariées sur ce match.

2/ Calcul des probabilités réelles de résultats

Si l’on s’en tenait aux cotes affichées sur le site du bookmaker, on appliquerait la formule Probabilité = 100 x (1/Cote), ce qui nous donnerait les probabilité de résultats suivantes:

- Probabilité victoire de Paris: 100 x (1/2.1) = 48,78%

Probabilité X: 100 x (1/2.85) = 35,08%
– Probabilité victoire de Marseille: 100 x (1/3.8) =26,31%

Calculons maintenant les probabilités réelles de chaque issue possible en intégrant le taux de déboursement (90,76) selon la formule:

Probabilité réelle = (1/cote) x taux de déboursement

- Probabilité victoire de Paris: 90,76 x (1/2.1) = 44,27%

Probabilité X: 90,76 x (1/2.85) = 31,84%
– Probabilité victoire de Marseille: 90,76 x (1/3.8) =23,88%

On voit bien que les cotes des bookmakers ne sont pas des évaluations correctes des chances réelles d’une équipe ou d’un joueur. Si vous jugez, selon vos connaissances et votre perception, que les probabilités ne reflètent pas la réalité, alors vous avez la possibilité d’en tirer profit (value bet).

3/ Cote brute

On peut maintenant en déduire les cotes brutes fournies à ce bookmaker en appliquent la formule :

Cote brute = 1/probabilité réelle :

- Cote brute Paris: 1/0,4427 = 2,26 (arrondi)
– Cote brute X: 1/0,3184 = 3,14 (arrondi)
– Cote brute Marseille: 1/0,2388 = 4,19 (arrondi)

Au final, nous obtenons bien un total de 100%.
Les cotes brute fournies à ce bookmaker sur ce pari sont donc les suivantes: Paris (2,26); X (3,14); Marseille (4,19).

La encore, on voit que les cotes affichées par les bookmakers ne représentent pas les probabilités réelles de résultat d’un événement, les sites de paris sportifs rajoutant leur marge et faisant varier les cotes en fonction des prévisions des mises des parieurs.